Débuter la peinture sur figurine

1. Rappels sur les techniques de base

1.1. L’aplat de couleur

Le point le plus important est la dilution de la couleur : une peinture non diluée créé en effet du relief et gomme les détails. La dilution idéale donne au mélange la consistance du lait.

Il faut ensuite bien charger le réservoir du pinceau, mais la peinture ne doit en aucun cas atteindre la virole (l’anneau métallique), ce qui aurait pour conséquence un vieillissement prématuré du pinceau (peinture sèche à la base  = poils cassant).

1.2. Le brossage à sec

L’objectif est de brosser une figurine pour que la peinture se dépose sur les angles et les reliefs uniquement. Pour cela, on prélève la peinture (peu ou pas diluée) avec le pinceau brosse, et on essuie bien le pinceau. Il ne doit presque plus rien rester sur la brosse pour éviter les trainées sur la figurine.

1.3. Le lavis

Le lavis, au contraire du brossage à sec, est une peinture très diluée qui va se déposer dans les creux uniquement. On peut créer un lavis à partir de n’importe quelle couleur ou mélange, ou directement acheter des lavis tout prêt (intéressant si on en utilise de grandes quantités).
Le plus polyvalent est le lavis noisette qui permet d’ombrer facilement et très rapidement une figurine.

2. Ma première figurine, pas-à-pas

L’objectif va être de réaliser une figurine de niveau Tabletop en quelques étapes très simples.

2.1. La sous-couche

On part sur une sous-couche blanche, et on ne discute pas ! J’y reviendrais dans un mini-tuto à part. 😉
Au choix de chacun, on peut :

  • soit fixer les figurines sur une bande de carton épais (bien séparées les unes des autres) et tourner autour avec la bombe. Cette technique est plus rapide mais plus grossière, donc plutôt intéressante pour un gros lot de figurines.
  • soit fixer les figurines individuellement et appliquer la sous-couche en tenant et en tournant la figurine dans sa main (ne pas oublier les gants en latex 🙂 ). Cette technique est un peu plus longue mais aussi plus nette, à réserver aux petites quantités de figurines.
  • soit sous-coucher au pinceau si c’est pour une petite poignée de figurines

Dans les deux premiers cas, on bombe dans un espace aéré mais protégé du vent, à une distance de 20-30 cm de la figurine environ, par petits jets de peinture. Il ne faut pas surcharger la figurine en peinture, ce qui provoquerait des coulures et une grosse perte de détails.

Ci-dessous, la figurine de gauche laisse entrevoir la couleur du plastique, elle mériterait un peu plus de sous-couche. Celle de droite en revanche présente un aspect légèrement granuleux, elle a reçu un petit peu trop de peinture :

2.2. Les aplats

Il est important de peindre la figurine dans l’ordre où on l’habillerait : la chemise avant la veste, la ceinture après le pantalon, …
Concernant le choix des couleurs, il faut conserver une harmonie et éviter l’effet « arlequin », en jouant plutôt sur les couleurs complémentaires en s’aidant d’un cercle chromatique :

Vous trouverez ici un outil en ligne bien pratique pour tester les associations de couleurs.

Une fois le mélange effectué et correctement dilué, on l’applique sur la figurine. Cette peinture très liquide est logiquement peu couvrante, c’est donc la multiplication des passages qui va donner une couleur uniforme et propre à la figurine (à gauche après la première couche, à droite après 3 passages).

On utilisera la même technique pour les dégradés, avec moins de passages pour laisser transparaitre la couleur en-dessous.

2.3. Le Lavis

Lorsque toutes les couleurs sont posées, on passe un jus pour faire les ombrages dans les creux (j’utilise le Strong Tone de The Army Painter, c’est celui qui se rapproche le plus du Devlan Mud de GW très prisé mais malheureusement plus commercialisé).
Ci-dessous un petit avant-après qui, même sur une figurine à dominante noire, montre bien l’intérêt des ombrages (l’aigle sur la poitrine, et les soufflets en haut des cuisses) :



2.4. L’éclairage

Enfin, pour rehausser la figurine, on repasse un couche de couleur plus claire sur les arêtes pour simuler les reflets de lumière. La règle ici : quand le mélange semble assez clair, l’éclaircir encore ! 😉

2.5. Le socle

Le socle est souvent la dernière roue du carrosse et c’est une erreur : un socle bâclé ruine tout le travail de peinture de la figurine, alors qu’un socle dont on prend soin la met en valeur.

Après avoir préparé son socle avec l’ajout de textures et de relief, on applique les mêmes technique que sur la figurine : aplats, brossages, lavis (ici avec du Dark Tone, plus sombre que le Strong Tone), …

3. La touche finale

La figurine terminée, on applique le vernis Mat. Je suis plutôt un adepte du pinceau suite à de mauvaises expériences avec les bombes (gouttelettes sur la figurine). L’avantage du pinceau c’est le contrôle total de la quantité de vernis appliqué : comme pour la peinture, il faut bien tirer le vernis pour éviter les amas (qui va sinon laisser des traces blanches en séchant).

Une fois le vernis mat sec, on peut repasser une couche de vernis brillant sur les zones qui le nécessitent (exemple ci-dessous, la lame de l’épée de énergétique).

Et voilà le travail :

2 réflexions au sujet de « Débuter la peinture sur figurine »

  1. Bonjour,
    Mon compagnon fait de la peinture pour WH 40K et souhaite m’entrainer pour peindre mes figurines de Talisman. Merci beaucoup, cet article m’a bien aider et m’a donner une bonne idée de comment s’y prendre!
    Je suis preneuse de tout conseils complémentaires.
    Cordialement,
    Pauline

    1. Bienvenue dans ce hobby ! 🙂
      Il y a aussi plein de tutos sur Youtube, je t’encourage vivement à y faire un tour car la vidéo apporte un gros plus pour l’apprentissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.